KINGSTON, Ontario, 28 juin 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- Focus Graphite Inc. (« Focus ») (TSX-V:FMS) (OTCQX:FCSMF) (FSE:FKC) et son partenaire SOQUEM Inc. (« SOQUEM ») ont le plaisir d’annoncer les résultats de l’évaluation économique préliminaire (« EEP ») pour le projet d’éléments des terres rares (« ETR ») de Kwyjibo (« Kwyjibo »), basée sur une première estimation des ressources et les résultats d’essais métallurgiques préliminaires. Le projet Kwyjibo est situé à 125 km au nord-est de la ville portuaire de Sept-Îles au Québec. Le projet Kwyjibo est détenu en coentreprise par Focus (50 %) et SOQUEM Inc. (50 %). SOQUEM est le gérant des travaux sur le projet.

Faits saillants1 :

  • Les ressources combinées pour les zones Josette Nord-est et Josette Sud-ouest s’établissent à 6,92 Mt à 2,72 % OTRT (oxydes de terres rares totales) dans les catégories mesurée et indiquée2 avec 1,33 Mt à 3,64 % OTRT dans la catégorie présumée2
  • L’EEP porte exclusivement sur la zone Josette Nord-est et envisage une mine souterraine et un concentrateur sur le site avec une usine de traitement hydrométallurgique située hors du site minier
  • Durée d’exploitation de 10 ans avec une production annuelle moyenne de 387 000 t de minerai à 3,29 % OTRT. La production totale sur la durée de vie de la mine est de 3,55 Mt à 3,29 % OTRT
  • Les ETR sont concentrés dans trois minéraux : l’apatite, la britholite et l’allanite
  • Production annuelle moyenne de 174 000 t de concentré à une teneur de 7,0 % OTRT
  • Le traitement hydrométallurgique subséquent permettra de produire annuellement 9 500 t d’OTRT
  • Taux de rendement interne (« TRI ») avant impôt de 21,4 % (18,0 % après impôt) et valeur actualisée nette (« VAN ») avant impôt de 572,9 M$ CA (380,7 M$ CA après impôt) dans le cadre du scénario de base en fonction d’un prix panier de 42,81 $ CA par kg d’OTRT
  • Dépenses en immobilisations de 723,6 M$ CA et période de recouvrement de 3,4 ans
  • Récupération globale d’OTRT de 75 %
  • La récupération des ETR, particulièrement le Nd et les terres rares lourdes (Gd, Dy, Tb, Ho, Er et Y), au moyen d’un procédé hydrométallurgique conventionnel d’extraction par solvant, est efficace non seulement pour l’extraction mais aussi pour la séparation
  • Le gîte d’ETR de Kwyjibo demeure ouvert en profondeur et il existe donc un bon potentiel de prolonger la durée de vie de la mine en poursuivant les travaux de forage et les études techniques.

1 L’évaluation économique préliminaire résumée dans ce communiqué a pour unique but d’offrir une évaluation initiale de haut niveau du projet. Le plan d’exploitation minière et le modèle économique de l’EEP tiennent compte de ressources minérales qui sont considérées trop spéculatives d’un point de vue géologique pour que l’on puisse y appliquer des paramètres économiques qui permettraient de les classer dans les réserves minérales. Rien ne garantit que l’évaluation économique préliminaire se concrétisera.

2 Les ressources minérales ne sont pas des réserves minérales et leur viabilité économique n’a pas été démontrée. Rien ne garantit que les ressources minérales soient éventuellement converties, en tout ou en partie, en réserves minérales. Les tonnages sont arrondis conformément aux directives de présentation règlementaires, ce qui pourrait générer de légers écarts entre le nombre de tonnes, la teneur en OTRT et le contenu en ETR.

Au nom des partenaires de la coentreprise, le président et chef de la direction de Focus Graphite, Gary Economo, a déclaré : « Nous sommes très satisfaits des résultats de l’EEP qui suggère que le projet d’ETR de Kwyjibo est unique en son genre au Québec en termes de contexte géologique, style de minéralisation et potentiel économique. Les résultats démontrent non seulement que d’importants progrès ont été réalisés et permettent d’avancer le projet de l’exploration à la phase de mise en valeur, mais aussi que le potentiel d’accroître les ressources en ETR en profondeur, ainsi que le perfectionnement du procédé de récupération hydrométallurgique et d’autres améliorations techniques, pourraient se solder par une amélioration notable de la rentabilité économique du projet. Il est donc pleinement justifié de poursuivre les travaux à Kwyjibo. »

Selon M. Economo, les perspectives récentes du magazine économique américain Forbes3 font état d’une demande mondiale croissante pour les véhicules électriques, passant de 1,6 million de véhicules en 2018 jusqu'à 2 millions en 2019. « Avec cette croissance, les chaînes d'approvisionnement subiront une très forte pression pour livrer les éléments des terres rares requis. Les projets qui seront les mieux adaptés pour combler ce déficit de production seront ceux qui renferment des concentrations élevées de l'élément très recherché, soit le néodyme »", a précisé M. Economo.

« La mise en valeur du projet Kwyjibo peut contribuer aux efforts de diversification économique dans la région de la Côte-Nord, tout en favorisant la croissance d’une industrie durable basée sur les éléments des terres rares au Québec », a commenté M. Olivier Grondin, président et chef de la direction de SOQUEM. « Les résultats positifs de l’EEP jettent un nouvel éclairage sur le projet Kwyjibo et sur le Québec comme étant une juridiction favorable pour les gîtes d’éléments de terres rares potentiellement économiques », a précisé M. Grondin.

3 Source: www.forbes.com/sites/sarwantsingh/2018/04/03/global-electric-vehicle-market-looks-to-fire-on-all-motors-in-2018/#3fa44a852927.

L’EEP en résumé

L’EEP préparée par Met-Chem se penche sur l’exploitation minière et l’usinage de magnétitite enrichie en ETR dans une mine souterraine avec une durée de vie de 10 ans et un concentrateur situé sur la propriété Kwyjibo. Le traitement comprend des étapes de concassage, broyage, séparation magnétique, épaississement et filtration du minerai provenant de la mine. Le concentré d’OTRT produit sur le site minier sera expédié à une usine hydrométallurgique située hors du site minier.

L’usine de traitement hydrométallurgique envisagée transformera le concentré d’ETR en trois produits distincts d’oxydes de terres rares (« OTR ») raffinés à un taux de production annuel de 9 500 t d’OTRT. Le procédé hydrométallurgique comprend trois étapes de lixiviation du concentré, a recours à la conversion solide et est complété par un procédé d’extraction par solvant en plusieurs étapes, afin de produire trois produits d’OTR : un oxyde de Nd-Pr, un oxyde de Dy et un mélange d’oxyde d’Y et des autres OTR.

La séparation magnétique au concentrateur devrait produire un concentré à 7,00 % OTRT avec un taux de récupération de 96 %. Le concentré expédié à l’usine hydrométallurgique devrait permettre de récupérer 78 % des OTRT. La récupération globale des OTRT serait donc de 75 %.

La production minière et les résultats économiques de l’EEP sont présentés dans le tableau 1 ci-dessous.

L’EEP a été préparée par Met-Chem de Montréal, Québec, une division de DRA Americas Inc., et sera déposée sur SEDAR à l’adresse www.sedar.com sous le profil de Focus Graphite Inc. dans les 45 jours suivant la date du présent communiqué.

Tableau 1 : Synthèse des paramètres de l’EEP

 ValeurUnité
Production minière
Capacité de production387 000tpa
Production sur la durée de vie de la mine3,55Mt
Teneur du minerai entrant à l’usine3,29% OTRT
Production de concentré174 000tpa
Teneur du concentré7,00% OTRT
Résultats économiques avant impôt
VAN @ 8 %564,0M$ CA
TRI21,2%
Période de recouvrement3,4années
Flux de trésorerie non actualisés1 454,9M$ CA
Résultats économiques après impôt
VAN @ 8 %373,9M$ CA
TRI17,8%
Période de recouvrement3,6années
Flux de trésorerie non actualisés1 070,9M$ CA
Dépenses en immobilisations et coûts d’exploitation
Dépenses en immobilisations723,6M$ CA
Capital de maintien18,8M$ CA
Revenus3 463,3M$ CA
Coût d’exploitation355$ CA/t usinée
Coût d’exploitation14 478$ CA/t OTR produite
Durée de vie de la mine10années
Taux de change1,25$ CA/$ US
Redevance sur le rendement net de fonderie (NSR)41,5%

4 La redevance NSR est payable à la Compagnie minière IOC.

Géologie et ressources minérales

Le projet d’éléments des terres rares de Kwyjibo, totalisant 116 claims et couvrant une superficie de 6 273,48 hectares, est situé à 125 km au nord-est de la ville de Sept-Îles au Québec. Le projet est aussi situé à 25 km à l’est du chemin de fer de la Côte-Nord et du Labrador (QSN&L); il est accessible par voie aérienne à partir de Sept-Îles.

Kwyjibo est situé dans la Province géologique du Grenville dans le nord-est québécois; on y trouve des minéralisations polymétalliques de fer (Fe), de cuivre (Cu), d’éléments des terres rares (ETR) et d’or (Au) d’âge mésoprotérozoïque. Le système minéralisé englobe six (6) indices historiques répartis le long d’un corridor de 4 km de long, où la principale zone de minéralisation en Fe-ETR est l’horizon Josette, lequel est divisé en deux zones : Josette Nord-est et Josette Sud-ouest.

Le système minéralisé en Fe-ETR de l’horizon Josette a été vérifié par forage sur une étendue latérale de 1,2 km et jusqu’à une profondeur de 300 m. Son épaisseur varie de quelques mètres à plus de 50 m. Le système minéralisé demeure ouvert en profondeur. La zone Josette Nord-est a été délimitée sur une étendue latérale de 600 m. La grille de forage comprend des sections espacées de 50 m, où les sondages sont eux-mêmes espacés de 50 à 100 m. Localement dans la zone Nord-est, des sections espacées de 25 m comportent des sondages espacés de 25 à 75 m.

L’estimation des ressources est basée sur les résultats validés de 109 trous de forage en surface totalisant 19 168 m de forage qui ont été réalisés sur l’horizon Josette entre 1994 et 2013. Environ 6 500 m de carottes de forage, pour un total de 4 962 échantillons, ont été analysés pour les éléments des terres rares, les métaux de base et les éléments majeurs et traces. De plus, 886 échantillons provenant de certains sondages réalisés en 2012 et 2013 ont fait l’objet de mesures de la densité relative. La géologie a d’abord été interprétée sur des sections en 2D, puis les enveloppes des zones minéralisées ont été modélisées en 3D. L’estimation des ressources minérales est basée sur des composites de 1,5 m de longueur dans l’axe de forage. Des blocs de 10 m × 10 m × 5 m ont été utilisés et guidés en tenant compte du concept d’unité d’extraction sélective et de l’espacement entre les sondages.

Tableau 2. Estimations des ressources5

RESSOURCESTOTALOTR
légères ou lourdes
OTR
Types de produits
 
TypesTonnesOTRTOTR légèresOTR lourdesNd2O3 + Pr2O3Dy2O3Autres OTR + Y2O3Fe2O3P2O5
*1 000%%%%%%%%
Zone Josette Nord-est
Mesurées1 6343,342,251,090,680,112,5554,694,73
Indiquées2 3403,492,341,150,710,122,6652,545,34
M + I3 9743,432,301,120,690,112,6253,425,09
Présumées1 1164,042,731,310,810,133,0949,815,96
Zone Josette Sud-ouest
Mesurées7751,801,210,590,360,061,3854,143,80
Indiquées2 1671,741,170,570,350,061,3452,203,47
M + I2 9421,761,180,570,350,061,3552,713,56
Présumées2091,511,020,490,300,051,1640,143,83
Zones combinées
Mesurées2 4092,841,920,930,580,092,1854,514,43
Indiquées4 5072,651,780,870,530,092,0352,384,44
M + I6 9162,721,830,890,550,092,0853,124,44
Présumées1 3253,642,461,180,730,122,7848,285,62

5 Mise en garde et autres informations pertinentes :

  1. Les ressources minérales excluent les réserves minérales.
  2. La viabilité économique de ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n’a pas été démontrée. L’estimation des ressources minérales pourrait être sérieusement affectée par des enjeux environnementaux, liés aux permis, juridiques, liés aux titres, fiscaux, sociopolitiques, liés à la commercialisation ou d’autres enjeux pertinents.
  3. Les ressources minérales ont été estimées en utilisant les normes de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM) sur les définitions des ressources et des réserves minérales préparées par le comité permanent de l’ICM sur les définitions des réserves et adoptées par le conseil de l’ICM le 10 mai 2014.
  4. Les ressources minérales présumées comprises dans cette estimation ont un niveau de confiance inférieur à celui qui s’applique aux ressources minérales indiquées et ne doivent pas être converties en réserves minérales. Il est raisonnable de s’attendre à ce que la majorité des ressources minérales présumées puissent être converties en ressources minérales indiquées suivant des travaux d’exploration plus poussés.
  5. OTRT = La2O3 + Ce2O3 + Pr2O3 + Nd2O3 + Sm2O3 + Eu2O3 + Gd2O3 + Tb2O3 + Dy2O3 + Ho2O3 + Er2O3 + Tm2O3 + Yb2O3 + Lu2O3 + Y2O3
  6. OTR légères = La2O3 + Ce2O3 + Pr2O3 + Nd2O3 + Sm2O3 (tel qu’employé par Hazen Research Inc.)
  7. OTR lourdes = Eu2O3 + Gd2O3 + Tb2O3 + Dy2O3 + Ho2O3 + Er2O3 + Tm2O3 + Yb2O3 + Lu2O3 + Y2O3 (tel qu’employé par Hazen Research Inc.)
  8. La date d’effet de l’estimation des ressources est le 17 novembre 2017.

La modélisation a été réalisée à l’aide du logiciel MineSight® version 9.00, en utilisant la méthode de l’inverse de la distance au carré (ID2) pour estimer les teneurs en OTRT (incluant les éléments individuels), en Fe2O3 et en P2O5 des ressources minérales des catégories mesurée, indiquée et présumée. Aucune teneur de coupure supérieure n’a été appliquée puisque le contenu en OTRT ne montre pas d’effet pépite. La géométrie de l’ellipsoïde de recherche primaire a été déterminée par analyse variographique et un facteur d’anisotropie a été appliqué. Les axes X, Y et Z de l’ellipsoïde ont été fixés à 150 m × 150 m × 20 m, respectivement, en utilisant les coordonnées normales déplissées pour la première passe. Si aucun bloc n’était sélectionné dans la première passe, alors une deuxième passe était effectuée, en conservant les mêmes paramètres que la première passe, mis à part le nombre minimum de composites utilisé pour sélectionner un bloc, qui passait à six (6) plutôt que neuf (9) dans la première passe. Lorsqu’aucun bloc n’était sélectionné après les première et deuxième passes, les axes X, Y et Z de l’ellipsoïde étaient fixés à 250 m × 250 m × 40 m et le nombre de composites utilisé était fixé à trois (3). Deux modèles solides ont été développés, correspondant aux zones Josette Nord-est et Josette Sud-ouest. Un modèle de régression a été élaboré pour déterminer la densité de chaque bloc en fonction de la teneur en fer interpolée, puisque les teneurs en OTRT et en fer montrent une forte corrélation. Un seuil de coupure de 330 $ CA par tonne a été appliqué.

Essais métallurgiques préliminaires

Suivant une première ronde d’essais expérimentaux en 20166, Hazen Research Inc. de Golden au Colorado (États-Unis) a réalisé une deuxième ronde d’essais métallurgiques expérimentaux en 2017 sur un échantillon représentatif de 40 kg de magnétitite enrichie en ETR provenant de la zone Josette Nord-est (voir communiqué publié par Focus le 24 novembre 2016, disponible à l’adresse www.focusgraphite.com). Ces essais avaient pour but de déterminer les paramètres d’extraction (pH) et les facteurs de séparation des différents ETR. Les tests suivants ont été effectués :

  • Séparation magnétique de l’échantillon riche en magnétite et enrichi en ETR
  • Études de sélection d’acides
  • Lixiviation à l’acide chlorhydrique (HCl) du concentré non magnétique pour générer une liqueur d’ETR
  • Neutralisation de la liqueur de lixiviation et récupération des ETR sous forme de phosphates
  • Métathèse d’hydroxyde des phosphates d’ETR pour éliminer le phosphate et le fluorure
  • Lixiviation du produit de la métathèse pour produire une liqueur de chlorure d’ETR purifiée
  • Finalement, tests d’extraction par solvant pour déterminer le pH d’extraction et les facteurs de séparation pour les différents ETR à partir de la liqueur de chlorure d’ETR purifiée.

6 Hydrometallurgical Work for Kwyjibo Project, Purification of Leach Liquor for Recovery of Rare Earth Elements, Revision 1. Hazen Research Inc., 23 janvier 2018, 162 pages.

Des programmes d’essais permettant de comparer les trois acides les plus souvent utilisés ont été effectués sur le concentré non magnétique. Les résultats ont mené à la sélection du HCl pour l’étape de lixiviation. Les taux de récupération des ETR sont résumés au tableau 3.

Tableau 3. Récupération des ETR lors des opérations hydrométallurgiques unitaires

Opération unitaireRécupération
ETRT + Y*
Récupération
ETR lourdes
Lixiviation9896
Neutralisation>99>99
Deuxième étape de lixiviation98**98**
Deuxième étape de neutralisation99>99
Métathèse>99>99
Lixiviation du produit de la métathèse8281
Extraction en vrac par solvant>99>99
Récupération cumulativea77,97**80,4**

* Représente la récupération cumulative d’ETRT + Y dans le concentré non magnétique
** Hypothèse d’expert et calcul en fonction des essais initiaux effectués par HAZEN Research. Extraction optimisée après une deuxième étape de lixiviation. D’autres tests permettront de confirmer l’extraction optimale après une deuxième étape de lixiviation. 

Par ailleurs, la consommation initiale de réactifs a fait l’objet d’une évaluation préliminaire lors des programmes d’essais. Les résultats sont résumés au tableau 4.

Tableau 4. Ajout et consommation de réactifs dans le cadre des opérations hydrométallurgiques unitaires

Opération unitaireConsommation de réactifs (kg/t de concentré)
HClCaCO3MgO50% NaOH
Lixiviation504s.o.s.o.s.o.
Neutralisations.o.32220s.o.
Deuxième étape de lixiviation42s.o.s.o.s.o.
Deuxième étape de neutralisations.o.s.o.267s.o.
Métathèses.o.s.o.s.o.30
Lixiviation du produit de la métathèse33s.o.s.o.s.o.
Extraction en vrac par solvants.o.s.o.s.o.59

s.o. = sans objet

Le programme d’essais a permis de prouver et de confirmer la simplicité du schéma de traitement requis pour extraire et séparer les éléments des terres rares des minéraux porteurs d’ETR à Kwyjibo. Le prochain programme servira de point de départ pour l’optimisation du procédé dans des secteurs comme la deuxième étape de lixiviation, la lixiviation du produit de la métathèse et l’interaction du calcium.

Le schéma de traitement pour Kwyjibo a été élaboré pour maximiser la production de trois produits d’OTR : un produit d’oxyde de Nd-Pr purifié, un produit d’oxyde de Dy purifié, et un produit d’oxyde mixte (autres éléments des terres rares) enrichi en Y.

À propos des ETR et des marchés pour les ETR

Les éléments des terres rares (ETR) forment un groupe de métaux spécialisés possédant des propriétés physiques, chimiques et optiques distinctives dont la demande ne cesse de croître dans différentes industries en raison de leurs applications technologiques uniques. Les applications traditionnelles varient des aimants permanents, des alliages métalliques, des phosphores et des catalyseurs, aux produits de polissage, le verre et la céramique. Avec l’effort mondial visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, les ETR sont devenus des substances critiques pour les technologies émergentes dans le secteur de l’énergie renouvelable. Les applications modernes varient des moteurs électriques haute performance, des batteries rechargeables pour les véhicules hybrides et électriques, l’éclairage écoénergétique à DEL et les cellules photovoltaïques pour les panneaux solaires, jusqu’aux aimants à haute puissance utilisés dans les systèmes de climatisation et les turbines éoliennes.

L’équilibre entre l’offre et la demande sur le marché mondial des ETR a historiquement été relativement stable, mais devient de plus en plus sensible à certains facteurs comme l’innovation technologique et les politiques commerciales restrictives. La consommation mondiale d’ETR ne cesse d’augmenter depuis le milieu des années 2000, tandis que l’offre s’est considérablement rétrécie. La production mondiale d’ETR est dominée par la Chine, ce qui laisse les autres pays vulnérables à la disponibilité et l’offre ininterrompue d’exportations chinoises pour répondre à la demande industrielle. Par ailleurs, la Chine priorise de plus en plus ses marchés internes en réduisant les quotas d’exportation pour les ETR et en augmentant les taxes à l’exportation.

Dans son rapport intitulé « Rare Earth Market Study for Kwyjibo Preliminary Economic Assessment », Adamas Intelligence7, un groupe de services-conseil et de recherche de marché indépendant, a déclaré :

« Au cours des dix prochaines années, Adamas Intelligence croit que l’évolution des paramètres fondamentaux de l’offre et de la demande sur le marché des terres rares ouvrira une fenêtre d’opportunité pour le développement de plusieurs nouvelles mines de terres rares en dehors de la Chine, en autant que ces nouvelles mines soient économiquement viables et que leur production se compose principalement des éléments des terres rares qui seront le plus en demande sur les marchés. »

Adamas Intelligence a aussi indiqué :

« Le projet Kwyjibo offre une forte exposition économique au secteur des aimants permanents, qui représente la catégorie d’utilisateurs dont la croissance est la plus rapide et dont les besoins pour de nouvelles sources d’approvisionnement de terres rares sont les plus criants. »

Le néodyme et le praséodyme sont les principaux ETR utilisés pour les aimants à haute puissance, tandis que le dysprosium et le terbium sont aussi utilisés en petites quantités puisqu’ils permettent aux aimants de conserver leurs propriétés à plus haute température.

7 Rare Earth Market Study for Kwyjibo Preliminary Economic Assessment, Adamas Intelligence, 23 février 2018, 23 pages.

Personnes qualifiées

Le présent communiqué a été révisé pour en assurer l’exactitude et la conformité aux dispositions du Règlement 43-101 sur l’information concernant les projets miniers (le « Règlement 43-101 ») par les personnes qualifiées suivantes tel que défini dans le Règlement 43-101 :

Les renseignements techniques dans le présent communiqué ont été révisés et approuvés par M. Rock Gagnon, ing., de DRA/Met-Chem, et par d’autres personnes qualifiées selon leur secteur de responsabilité et leur expertise.

L’estimation des ressources minérales, qui sert de fondement pour l’EEP, a été préparée par S. Ibrango, géo., Ph.D., MBA, chef de la géologie et de l’hydrogéologie chez Met-Chem et « personne qualifiée indépendante » tel que défini dans le Règlement 43-101.

Les renseignements techniques portant sur les essais métallurgiques et l’hydrométallurgie ont été révisés et approuvés par M. Eric Larochelle, ing., président de SMH Process Innovation, consultant indépendant auprès de Met-Chem.

Le contenu non technique du présent communiqué a été révisé par M. Marc-André Bernier, géo. (Québec), P.Geo. (Ontario), M.Sc., géoscientifique principal rattaché à la Table jamésienne de concertation minière (TJCM) de Chibougamau, Québec, et consultant auprès de Focus Graphite Inc.

À propos de Focus Graphite

Focus Graphite Inc. est une société junior de développement minier émergente d’échelon intermédiaire, un fournisseur de solutions technologiques et une entreprise novatrice. Focus est détenteur du projet de graphite en paillettes du Lac Knife situé à 27 km au sud de Fermont au Québec, présentement à l’étape de l’évaluation environnementale avancée. Afin de répondre aux intérêts des intervenants québécois pour la transformation du concentré à l’intérieur de la province et pour générer de la valeur pour ses actionnaires, Focus évalue la faisabilité de produire des produits de graphite à valeur ajoutée, dont du graphite sphérique de catégorie pile.

Focus Graphite détient aussi une participation importante dans le développeur d’applications de graphène Grafoid Inc. et est membre de l’Alliance 2GL avec Grafoid, Stria Lithium Inc. et Braille Batteries Inc.

À propos de SOQUEM

SOQUEM Inc., une filiale de Ressources Québec, est un chef de file dans l’exploration minérale au Québec. Sa mission est d’explorer, de découvrir et de développer des propriétés minières au Québec. SOQUEM a participé à plus de 350 projets d’exploration et contribué à des découvertes majeures d’or, de diamants, de lithium et d’autres minéraux.

À propos de Met-Chem/DRA

La division Met-Chem de DRA Americas a été fondée en 1969 à titre de firme-conseil en ingénierie basée à Montréal et offre une vaste gamme de services techniques et d’ingénierie. Met-Chem est réputée pour ses compétences en exploitation minière, en géologie et en traitement minéral et possède une équipe talentueuse de personnel spécialisé en ingénierie, en services techniques et en gestion de projets avec une expérience en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe, en Afrique de l’Ouest et en Inde. DRA est un groupe mondial d’ingénierie pluridisciplinaire fondé en Afrique du Sud, qui offre des services dans les domaines de l’exploitation minière, du traitement minéral, de l’énergie, du traitement de l’eau et des infrastructures, couvrant toutes les étapes d’un projet, de la conception à la mise en service, ainsi que des services complets d’exploitation et d’entretien dans les secteurs des ressources minérales, de l’eau, de l’agriculture et de l’énergie. DRA compte des bureaux en Afrique, en Australie, au Canada, en Chine et aux États-Unis.

Énoncés prospectifs – Mise en garde

Le présent communiqué contient des « renseignements prospectifs » au sens de la législation canadienne sur les valeurs mobilières. Tous les renseignements contenus dans le présent document n’étant pas clairement de nature historique peuvent constituer des renseignements prospectifs. En général, de tels renseignements prospectifs peuvent être identifiés par l’utilisation d’une terminologie prospective comme « planifie », « s’attend », « ne s’attend pas », « est attendu », « budget », « prévu », « estime », « prévoit », « vise », « anticipe », « n’anticipe pas » ou « croit », ou des variations de ces termes et expressions ou des indications selon lesquelles des actions, des évènements ou des résultats « peuvent », « pourraient » ou « devraient » « se produire » ou « être réalisés ». Les renseignements prospectifs sont assujettis à des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels, le niveau d’activité, le rendement ou les réalisations de la Société diffèrent considérablement de ceux exprimés ou sous-entendus par ces renseignements prospectifs, y compris, mais sans s’y limiter : (i) la volatilité du cours des actions; (ii) les marchés mondiaux et les conditions économiques en général; (iii) la possibilité de dépréciations et de pertes de valeur; (iv) le risque associé à l’exploration, au développement et à l’exploitation de gisements minéraux; (v) le risque associé à l’établissement du titre de propriétés et d’actifs miniers; (vi) les risques associés à la création de coentreprises; (vii) les fluctuations des prix des matières premières; (viii) les risques associés aux risques non assurables survenant durant l’exploration, le développement et la production; (ix) la concurrence rencontrée par la Société dans l’obtention de personnel expérimenté et de financement; (x) l’accès à une infrastructure adéquate pour soutenir les activités d’extraction, de traitement, de développement et d’exploration; (xi) les risques associés aux changements du régime réglementaire minier régissant la Société; (xii) les risques associés aux diverses réglementations environnementales auxquelles la Société est assujettie; (xiii) les risques associés aux délais réglementaires et d’obtention de permis; (xiv) les risques associés aux conflits d’intérêts potentiels; (xv) la dépendance au personnel clé; (xvi) les risques de liquidité; (xvii) le risque de dilution potentielle par l’émission d’actions ordinaires; (xviii) la Société n’anticipe pas déclarer de dividendes dans un avenir rapproché; (xix) les risques de litiges; et (xx) les risques de gestion.

Les renseignements prospectifs sont basés sur des hypothèses que la direction estime raisonnables au moment où ces énoncés sont faits, y compris, mais sans s’y limiter, la poursuite des activités d’exploration, aucun changement défavorable important des prix des métaux, des plans d’exploration et de développement se déroulant comme prévu et atteignant les résultats attendus, la réception des approbations réglementaires requises et les autres hypothèses et facteurs énoncés dans le présent document. Bien que la Société ait tenté de cerner les facteurs importants qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement de ceux contenus dans les renseignements prospectifs, d’autres facteurs pourraient entraîner des résultats non prévus, estimés ou visés. Rien ne garantit que ces renseignements prospectifs s’avéreront exacts, car les résultats réels et les évènements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés dans ces renseignements prospectifs. Ces renseignements prospectifs ont été fournis dans le but d’aider les investisseurs à comprendre les plans d’affaires, d’opérations et d’exploration de la Société et pourraient ne pas convenir à d’autres fins. Par conséquent, les lecteurs ne devraient pas se fier indûment aux renseignements prospectifs. Les renseignements prospectifs sont fournis en date du présent communiqué et la Société ne s’engage pas à mettre à jour ces renseignements prospectifs, sauf conformément aux lois sur les valeurs mobilières applicables.

Coordonnées

Focus Graphite inc.
M. Gary Economo
Chef de la direction
+1 (613) 241-4040
geconomo@focusgraphite.com
www.focusgraphite.com  

SOQUEM inc.
M. Olivier Grondin
Chef de la direction
+ 1 (819) 874-3773
olivier.grondin@soquem.qc.ca
http://soquem.qc.ca/

Demandes des médias

Fernández relations publiques inc.
Anne-Marie-A. Savoie
Directrice associée aux relations avec les médias
annemarie@fernandezcom.ca
+1 (418) 704-1559, poste 228